Point sur la situation des assistants familiaux du Maine-et-Loire

Point sur la situation des assistants familiaux du Maine-et-Loire

Un contexte difficile …

Le Maine-et-Loire manque de places d’accueil pour les enfants en attente de placement. Cette pénurie concerne notamment les assistants familiaux, dont un grand nombre partent en retraite, départs insuffisamment remplacés par de nouveaux candidats.

Face à cette situation, le Conseil départemental a décidé des mesures d’urgence, certaines concernant l’accueil familial : développements de mesures de valorisation du métier et publication d’un référentiel de l’enfant accueilli en accueil familial…

Les assistants familiaux confrontés à des accueils de plus en plus compliqués …

Face à cette pénurie, les assistants familiaux sont sollicités pour accueillir un enfant en plus, sur une extension d’agrément, sont sollicités pour remplacer des collègues qui n’en peuvent plus. A l’inverse les demandes de vacances, déposées en temps et en heure, ont du mal à être honorées, faute d’assistants familiaux relai.

De plus, les demandes de départ d’un enfant, à l’initiative de l’assistant familial, parce ce l’accueil est trop douloureux dans la famille, prennent souvent plus d’un an pour être respectées. Un délai nuisible à l’enfant et à la famille d’accueil.

Enfin, le manque de places dans les Maisons d’Enfants à Caractère Social, fait que certains enfants, qui n’ont pas le profil de l’accueil familial, y sont tout de même placés.

Un travail d’équipe parfois difficile …

Face aux différentes réorganisations de l’Aide Sociale à l’Enfance, au nombre d’enfants grandissant qui ont besoin d’un accompagnement par les services de pédo psychiatrie, et à la pénurie de places dans ceux-ci, il arrive parfois que les assistants familiaux soient mis à toutes les places. Le travail d’équipe avec le réfèrent de l’enfant, quand il y en a un, n’est pas toujours régulier, et pas aussi productif et enrichissant qu’il pourrait l’être.

C’est dans ces moments de solitude, face à un accueil qui se passe mal, que la situation peut déraper pour l’assistant familial : actes répréhensibles vite soulignés, enfant accueilli et famille d’accueil qui vont mal…

Les assistants familiaux dans l’attente de mesures concrètes de valorisation …

Malgré l’adoption de la loi Taquet en février dernier, les décrets d’application ne sont toujours pas passés, et les assistants familiaux attendent toujours la revalorisation du salaire à hauteur du smic pour le 1er accueil. Une attente bien longue, face à la hausse des prix du carburant, de la nourriture, mais aussi du cout des investissements que les assistants familiaux font pour accueillir plus d’enfants.

Notre action à la CFDT

Nous demandons par courrier à Mme Dabin, Présidente du Conseil départemental, ou lors de rencontres avec Mme Damas, vice-Présidente et Mme Scapin, Directrice de l’Enfance Famille :

-Que des règles de collaboration entre référents et assistants familiaux soient mise en place très rapidement.

– Que des postes d’assistants familiaux ressource soient mis en place au sein de Service d’Offre d’Accueil Jeunes, pour être une aide précieuse pour des collègues en difficultés.

– Que les assistants familiaux puissent bénéficier de périodes de repos et de distanciation.

-Que la loi Taquet, dans son aspect salarial, mais aussi relativement à la place de l’assistant familial dans le dispositif d’accueil soit appliquée au plus vite.

– La rémunération systématique du travail effectué par l’assistant familial en supplément.

– La revalorisation de l’indemnité d’entretien .


Référente assistants familiaux de la section CFDT du CD49 : Françoise ÉON –  f.eon@maine-et-loire.fr

Contact section CFDT du CD49 : syndicat.cfdt@maine-et-loire.fr / 02-41-81-49-06